et après ?,  Nos états d’âmes

Ça se passe comment le chômage ?

Combien de fois as-tu entendu cette phrase ? Cette phrase est tellement culpabilisante, elle est pleine de haine, peu importe qui pose cette question, elle est toujours problématique.

Alors comment répondre à cette question ?

Et bien cela dépend dans quel cas on est. Chômage indemnisé ou pas.

Moi, comme vous le savez j’ai démissionné. J’ai osé faire ça. Sans filet de sécurité. Sans job derrière. Sans idée de ce que je vais faire après. J’ai démissionné et je suis répartie chez papa maman… J’ai 30 ans !

Alors comment ça se passe ?

Et bien… Ça se passe. Je vis sur mes économies déjà. Je compte le moindre sous. Du coup, je sors moins. De toutes façons, j’ai de moins en moins de trucs à dire à mes potes.

Ils sont fatigués du taf. Moi non.

Ils parlent de leurs histoires au boulot. J’en ai pas.

Ils parlent de leurs gamins. J’en ai pas.

Ils parlent de leurs prochaines vacances. Je ne sais même pas où je serais le mois prochain.

Ils parlent de plein de trucs que je ne partage pas…il me reste bien des histoires de mes anciens collègues, de mes dernières vacances à raconter…Mais dès que j’ouvre la bouche, j’ai l’impression que ce que je dis n’est pas pris au sérieux. Ce que je dis n’est pas légitime. N’as pas de valeur. Parce que je suis passée du côté obscur de la force.

 

Je suis passée du côté des « chômeurs », VOLONTAIREMENT qui plus es. Enfer et demnation sur toi.

La seule façon de sortir de cette image, est de mentir ou bien d’en rajouter des tonnes pour justifier cet acte odieux de démission sans rien derrière.

Alors, j’invente un concept de création d’entreprise qui n’existe pas.

J’invente une dépression au travail qui m’a poussée à partir.

J’invente des choses, qui sont comprises et acceptées par le grand public. Des mots clés que les gens ont déjà entendus. Et sont admis dans la tête de tous.

En vrai, j’ai démissionné parce que je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie.

En vrai, je suis au chômage car je ne sais toujours pas ce que je veux faire de ma vie.

Et pour l’instant le chômage, et bien ça va couci-couça. Dès fois ça va, j’ai des idées de nouveaux projets, un évènement encourageant, et des fois ça va pas, je me sens seule et triste…un peu comme vous en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *