Nos états d’âmes

Y’a un sujet là…De quoi on parle tous, le dimanche soir?

 

Selma, Dimanche soir, 20h00 au bar du coin

Pour tromper l’ennui et la déprime du dimanche soir, tu bois un verre avec ta copine célibataire.  On commande un verre de vin chacune, malgré la cuite de la veille #LeMalParLeMal.  Rouge, Brouilly, 4.50€, la note de ce weekend augmente encore un peu..

Nos sujets de conversation : les textos envoyés à un tel ou un tel et décryptage des réponses (quand ya des réponses), la météo de la semaine prochaine, comment faire des économies et se reposer le weekend prochain, car le weekend prochain on ne sort pas!

– Louise : « pfff tu parles! tous les dimanches on dit qu’on arrête, et tous les vendredi on se bourre la gueule »

– Moi : « C’est pas faux, mais c’est pas le sujet »

– Louise : « Ah bon, c’est quoi le sujet? »

Le sujet, c’est les gens autour de nous dans ce bar qui parlent et notamment ce groupe de 5 gars juste derrière nous qui parlent très fort. On les entend bien, on est en terrasse, tout le monde parle fort! Mais eux, ça m’a l’air d’être un bon groupe de cassos

– Louise : « On a tellement plus rien à se dire qu’on écoute les gens parler maintenant. C’est vraiment la déprime le dimanche soir »

En effet, écouter les voisins de table parler dans un bar, ça a l’air  déprimant, mais détrompez-vous c’est intéressant, c’est pas de la curiosité, c’est de l’analyse sociologique …

Psychologie de comptoir niveau 1

Les éléments :

C’est un groupe de 5 trentenaires, physiquement c’est des copies conformes : grands, mèches de cheveux dans les yeux,  style vestimentaire Parisien de base #RAS #CirculezYaRienAVoir.

S’ils sont au bar un dimanche soir c’est qu’ils sont tous célibataires* ou qu’ils ont tous un problème avec leurs meufs… Mais non! Car y’en a un qui est marié et qui lance très fort à ses potes : « Qui a pécho à mon mariage? »

VOILA…On y est, il est là le sujet : Qui a pécho au mariage de ce gars?

C’est quoi « pécho » d’abord, et puis pécho quoi? Pécho une meuf, de la drogue, une part de gâteau, un téléphone?

Malheureusement, on ne le saura jamais, parce que en plein espionnage de conversation, Louise a décidé à cet instant précis de me parler de ce gars à qui elle a roulé une pelle la veille, qu’elle trouve super moche et qui lui envoi : »T’es dispo pour boire un verre dans la semaine? »

– Moi : « Putain, mais si tu le trouve dégueu pourquoi tu lui a roulé une pelle ? « 

– Louise : « Ben je sais pas, il était là, il avait besoin d’amour, je lui en ai donné »

Je ne ferais aucune polémique, ni aucun commentaire sur cette déclaration, parce que du coup j’ai pas entendu qui a pécho quoi au mariage du type.

Et en attendant, ils sont passés à d’autres sujets qui sont les suivants :

  1. La destination du prochain EVG
  2. Combien de Grammes de C on été consommés ce weekend
  3. Combien de meufs ont été baisées ce weekend, et par qui
  4. Le nouveau bar/boite/resto testé
  5. Le prix des apparts

L’analyse :

1. Les EVG, sont clairement très très mal organisés par les gars, ça part dans tous les sens… mais ils ont l’air de s’amuser autant  -voir même plus que nous, et le prix n’a pas l’air de les déranger.

Question  : est-ce que nous les filles, on est des rapaces, ou bien eux ont un trou dans la poche?

– Louise : « Non, nous on gère un budget, eux ils …ils disent juste si c’est cher, ou pas cher, et ils passent à autre chose « 

Question  : Est-ce que nous, les filles on se prend bcp trop  la tête et on devrait prendre exemple sur eux pour être plus détendues?

– Louise : « ça c’est une évidence, ON DOIT prendre exemple sur eux, et arrêter de se prendre la tète »

C’est vrai qu’on serait tellement bien, ça me fait penser à la non nonchalance d’un chat… Il se prend pas la tète, il sait qu’on va lui filer à bouffer , il a pas à se prendre la tête. Un mec c’est comme un chat en fait.

2. Je ne parlerais pas du sujet de la C. Parce que je ne suis pas concernée, mais évidement : un sacré nombre de personnes se drogue tous les weekend à Paris. La drogue c’est pas bien. Et ça coûte cher.

3.La baise reste un sujet interminable, par contre les mecs sont plus délicats qu’on ne l’aurais pensé… Bizarrement le groupes de cassos de ce bar, avaient l’air concernés par la suite à donner à leurs aventures…

– Louise : « Oui, enfin y’a juste un mec qui se demande s’il devrait envoyer un texto ou attendre qu’elle lui en envoi un … »

– Moi : « Ben c’est déjà ça ! »

On a rien appris de nouveau sur les sujets 4 et 5, on est juste d’accord avec eux :

4. Il vaut mieux acheter un appart que payer un loyer tous les mois, peu importe dans quel arrondissement de Paris, ça prendra de la valeur, même un 15m2 c’est mieux que rien.

5. Les bars et boites à Paris sont tous les mêmes : consos trop chères, physio gay, serveurs insupportables, et les uber sont toujours pas contents quand tu envie de vomir dans leur voitures.

Conclusion

  1. Les sujets de conversation des trentenaires parisiens, un dimanche soir sont tous les mêmes

  2. Les sujets de conversation des trentenaires parisiennes, un dimanche soir sont tous les mêmes MAIS quand même plus élaborés

  3. Boire un verre un dimanche soir dans le bar du coin, juste à coté d’un groupe de mecs qui parlent très fort n’a strictement aucun intérêt #CIRCULEZYARIENAVOIR

*Oui, parce que l’activité principale des gens en couple le dimanche soir c’est de commander des sushis et regarder une série; d’où les mecs qui mettent « NETFLIX » dans leur profil Tinder #L’enfer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *